Europe – No-deal Brexit : À quoi doit se préparer l’industrie des cosmétiques ?

Une sortie du Royaume-Uni sans accord avec l’Union européenne est maintenant l’hypothèse la plus probable. La Fédération des entreprises de la beauté (FEBEA) a alerté ses adhérents sur les conséquences d’une telle issue, invitant les retardataires à se mobiliser au plus vite.

Après le rejet massif par le Parlement britannique du projet de sortie de l’Union européenne négocié par Theresa May, la position du gouvernement français est que le scénario d’un Brexit sans accord est maintenant le plus probable. Les autorités françaises ont ainsi déclenché un plan d’urgence de 50 millions d’euros pour préparer les infrastructures douanières, portuaires et aéroportuaires du pays.

Un Brexit sans accord verrait la Grande-Bretagne quitter l’Union européenne sans un cadre formel sur ses futures relations commerciales avec les pays membres du bloc. « Du jour au lendemain, sans aucune période de transition, le Royaume-Uni basculera du statut d’État Membre de l’Union européenne à celui de pays tiers vis-à-vis duquel s’appliqueront simplement, en matière commerciale, les règles de l’OMC », a alerté Pierre Chabrol, Chef du Bureau de la politique commerciale, de la stratégie et de la coordination du Ministère des Finances. De nouvelles règles seront dès lors applicables aux exportations et importations en direction ou en provenance du Royaume-Uni. « Dans une telle situation, les mesures prises par l’administration ne peuvent se substituer à la nécessaire préparation des entreprises qui commercent avec le Royaume-Uni », ajoute-t-il devant les membres de l’industrie des cosmétiques réunis par la FEBEA le 24 janvier à Paris.

D’un point de vue général, les entreprises doivent rapidement…