Europe – RDM et RDMDIV : les fabricants dans l’attente des organismes notifiés

Alors que le premier organisme notifié (ON), BSI au Royaume-Uni, vient d’été désigné par la Commission européenne au titre du règlement (UE) 2017/745, l’inquiétude demeure parmi les ON qui doutent fort que tous les fabricants et tous les DM puissent être certifiés avant la date fatidique du 26 mai 2020.

En décembre dernier, Team-NB (association européenne des organismes notifiés pour les dispositifs médicaux) et NB-Med (groupe de travail de la Commission européenne) ont publié conjointement un livre blanc intitulé « One year of application », sous-entendu « Un an après l’ouverture des candidatures des organismes notifiés à la désignation sous les nouveaux règlements européens (2017/745/UE et 2017/746/UE, communément appelés RDM et RDMDIV) ». Autrement dit, 17 mois avant l’application de la nouvelle réglementation, puisque celle-ci a été fixée au 26 mai 2020.

NB-Med est un groupe de travail créé sous l’égide de la Commission Européenne dans le cadre des directives relatives aux DM. Il se réunit 2 fois par an pour harmoniser les pratiques entre les ON. Dans le cadre de la nouvelle réglementation, NB-Med va être rebaptisé NBCG (Notified Bodies Coordination Group), avec une présence aux réunions devenant obligatoire pour les ON.

Ce document s’appuie sur les résultats d’une enquête effectuée par NB-Med auprès des organismes notifiés en juillet 2018, pour faire le point sur l’état d’avancement de leurs dossiers. Sur une cinquantaine d’ON concernés par le marquage CE (dont la moitié sont membres de Team-NB), 37 ont répondu au sondage.

Deux bonnes nouvelles : la majorité des ON existants ont décidé d’être candidats, et tous les codes de désignations (groupes de produits) sont couverts par les demandes. En revanche, beaucoup d’ON n’ont pu déposer leur dossier de candidature que tardivement.

Une inquiétude généralisée

Mais ce qui ressort de l’enquête, c’est surtout l’expression de nombreux motifs d’inquiétude de la part des ON, qui confirment que les fabricants de DM ont du souci à se faire.

Le premier point noir concerne la période transitoire jugée trop courte, sachant que, pour les ON et les fabricants, certains détails essentiels donnent encore lieu à des discussions. Il apparaît d’ailleurs qu’il manque des documents d’orientation qui permettraient une interprétation claire des exigences spécifiques. La clarté fait également défaut concernant le processus à suivre ; ce qui mène à des opinions divergentes au sein des équipes d’auditeurs conjointes (Joint Assessment Teams) chargées des évaluations des ON sur site…