France – Agnès Buzyn : “construire un État plus efficace, plus proche des attentes des citoyens, recentré sur ses missions principales”

L’ivresse de Noël, avec sa godaille et sa ribote, n’aura pas suffit à étouffer l’amertume qui pousse les gilets jaunes à manifester. Au contraire, le Réveillon est placé sous haute surveillance, car même si le mouvement s’essouffle, il se radicalise d’autant. Le Peuple se tait mais reste toujours malade. La jaunisse qui a contaminé les ronds points, comme autant de boutons d’irritation sur le visage de la France, révèle ces territoires délaissés, abandonnés.

Ces territoires où les trains ne vont plus, faute de petites gares, où les gendarmeries, les bureaux de Poste, les maternités sont fermés. Et cette France du vide effraie le pouvoir.

Après le printemps arabe, voilà un hiver bien français. On a frôlé l’intervention de l’ONU…

Alors que les brouillards des lacrymogènes se sont à peine dissipés, est-ce bien opportun de tirer le bilan de cette année 2018 dans le domaine de la santé ? Une année qui, au 1er janvier déjà, avait germé sur un terreau de contestations avec l’extension de l’obligation vaccinale. Onze vaccins obligatoires, au lieu des 3 historiques, diphtérie, tétanos et poliomyélite (DTP), pour les enfants de moins de 2 ans…