France – Alerte sanitaire sur un produit utilisé pour la dialyse

Une étude montre une surmortalité de 40 % pour des personnes traitées avec un liquide de dialyse contenant du citrate.

Des centaines de personnes dialysées, peut-être plus, pourraient avoir perdu la vie prématurément. Les patients traités par un liquide de dialyse (ou dialysat) au citrate présenteraient une surmortalité de 40 % par rapport à ceux traités avec d’autres produits plus anciens à l’acétate ou à l’acide chlorhydrique (HCl). Cette surmortalité aurait essentiellement une origine cardio-vasculaire.

Tel est le principal constat d’une étude rétrospective pilotée par le docteur Lucile Mercadal ­ (Inserm, CESP 1018 et hôpital Pitié-Salpêtrière) réalisée avec une équipe de néphrologues et de biostatisticiens français (REIN-Agence de la biomédecine, ABM), à partir des données du registre national REIN.

Elle a été présentée le ­3 octobre lors du congrès de la Société francophone de néphrologie, dialyse et transplantation (SFNDT) ; elle n’est pas encore publiée.

En France, environ 47 000 patients souffrant d’insuffisance rénale terminale sont traités par dialyse. Ils entrent en dialyse à l’âge moyen de 70 ans, avec souvent d’autres maladies associées, et leur survie médiane est d’environ cinq ans. Plus de 20 % des dialysés sont traités avec un dialysat au citrate…