France – Applications cosmétiques : La FEBEA pointe les insuffisances scientifiques

Contradictions, qualifications dénigrantes, algorithmes inappropriés, informations erronées ou obsolètes : la Fédération des entreprises de la Beauté (FEBEA) a récemment pointé les insuffisances des applications d’évaluation des cosmétiques qui se sont multipliées ces derniers mois.

« Nombre d’informations figurant dans les applications sont à ce jour erronées, obsolètes, partielles voire inappropriées, ou reposent sur des bases sans fondement scientifique robuste et/ou sur des algorithmes inappropriés », affirme le syndicat professionnel qui représente les industriels de la parfumerie et des cosmétiques.

De fait, dans un contexte d’inquiétude vis-à-vis des ingrédients entrant dans la composition des produits cosmétiques, les applications destinées à décrypter la composition et/ou à noter les produits se sont multipliées au cours des derniers mois. De QuelCosmetic, l’application éditée par l’UFC-Que Choisir, à Yuka, l’application star du rayon alimentaire qui s’est étendue aux cosmétiques cet été, en passant par CleanBeauty, INCI beauty, Cosmethics, les consommateurs français n’ont que l’embarras du choix !

« Les applications se contredisent souvent entre elles sur les mêmes sujets, entretenant ainsi une confusion », pointe la FEBEA.