France – Dgccrf : Composition des cosmétiques : l’exigence d’une information claire des consommateurs

L’usage de produits cosmétiques non conformes peut présenter un risque pour la santé. En 2018, 88 produits ont fait l’objet d’une alerte ou d’un signalement en raison d’un risque chimique ou microbiologique, deux signalements de cosmétovigilance ont été transmis à l’Autorité nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et 20 notifications RAPEX ont été effectuées (12 par la DGCCRF et 8 en provenance d’autres autorités européennes).

Crèmes, émulsions, gels et huiles pour la peau (dont les produits éclaircissants pour la peau[3]), produits de soin pour la peau et pour le bain font partie des articles les plus concernés par ces alertes.

Autorité de surveillance du marché des cosmétiques en lien avec l’ANSM, la DGCCRF veille par ses enquêtes à la loyauté et à la sécurité des produits commercialisés en France. À ce titre, elle procède chaque année à des contrôles sur les produits cosmétiques fabriqués en France et dans les pays de l’Union européenne ou importés d’un pays tiers. Ces contrôles sont destinés à vérifier la conformité des cosmétiques à la règlementation européenne et nationale (étiquetage et composition des produits, allégations et obligations d’évaluation et d’information imposées aux professionnels)…