France – Lipidots : des cargos moléculaires pour la délivrance de médicaments

Les travaux du CEA-Leti sur l'administration de médicaments vont bon train, notamment en ce qui concerne les nanoparticules appelées Lipidots. Ces cargos moléculaires sont à l'origine d'une nouvelle approche vaccinale pour lutter contre le sida, développée en collaboration avec l'INSERM.

Nanoparticules lipidiques, les Lipidots sont des systèmes colloïdaux présentant un diamètre contrôlé de 50 à 120 nm, fabriqués à partir d’un cœur huileux (mélange de triglycérides saturés et insaturés) encapsulé dans une coquille moléculaire. Cette formulation, qui leur confère des capacités de stockage de molécules actives hydrophobes en milieu aqueux avec une bio-disponibilité accrue, leur permet d’être utilisées comme moyens de transport pour la délivrance de médicaments, par exemple.

Des applications dans l’imagerie par fluorescence à la base

Mis au point en 2006 dans le cadre d’une collaboration entre le CNRS et le CEA-Leti (centre de recherche et technologie spécialisé dans les micro et nanotechnologies du CEA), les Lipidots ont été initialement conçus pour des applications d’imagerie in vivo par fluorescence. Dans ce contexte, il était nécessaire de développer des traceurs présentant des facteurs de brillance de haute qualité tout en présentant des profils de biocompatibilité adéquats pour une future application clinique.

Depuis, ces particules lipidiques ont été extensivement caractérisées d’un point de vue physico-chimique et ont fait l’objet de plusieurs démonstrations précliniques pour des applications en oncologie, allant de l’imagerie de tumeurs solides à la délivrance de molécules thérapeutiques, comme des photosensibilisateurs. Encapsulé dans des Lipidots, le médicament est mieux protégé et n’est délivré que lorsqu’il atteint la cellulle à soigner. L’efficacité du soin est ainsi plus grande et les effets secondaires moins importants…