International – Les changements réglementaires à l’international

Conscients qu’une formule monde n’existe pas, les industriels de la filière cosmétique s’adaptent constamment à de fortes différences réglementaires entre les pays. Dans le cadre de son service de veille réglementaire sur 120 pays, Cosmed fait le point sur les faits marquants de cette année.

Substances réglementées
En Europe
Depuis janvier 2018,neuf opinions du SCCS ont été finalisées (ex : Climbazole, Zinc pyrithione, etc.) et deux sont en cours de finalisation. Dans plus de lamoitiédes cas, le SCCS manquait d’informations pour juger de la sécurité de l’ingrédient. Parmi les dernières demandes d’opinions émises, on retrouve l’acide salicylique. Cette opinion confirmerait les restrictions actuelles à savoir 3 % dans les produits capillaires rincés (2 % dans les autres produits) et à 0,5 % en tant que conservateur.

Côté règlement, trois nouveaux textes ont été publiés : ajout du MBBT nano à l’annexe
des filtres UV, restriction et interdiction de l’utilisation des tagetes et restriction du
o-Phenylphenol dans les produits cosmétiques non rincés.

Prochainement, devraient être publiés les règlements :
– interdisant le 2-Chloro-pPhenylenediamine ;
– ajoutant le Phenylene Bis-Diphenyltriazine à la liste des filtres UV à 5 % ;
– modifiant l’utilisation du Climbazole en tant que conservateur (entre 0,2 et 0,5 % en fonction du produit) et ajoutant son utilisation en tant qu’agent antipelliculaire à 2 %.

À l’International
De nombreux pays suivant de près la réglementation européenne ont transposé
dans leur réglementation nationale ces amendements européens. Ainsi, les règlements sur le MBBT nano et les tagetes sont désormais applicables en Israël et en Turquie…