France -
Dominique Le Guludec est nommée présidente du collège de la Haute Autorité de Santé

Le président de la République a nommé le Pr Dominique Le Guludec à la présidence du collège de la Haute Autorité de Santé (HAS) à compter du 4 décembre 2017. Elle succède à ce poste au Pr Agnès Buzyn, nommée ministre des Solidarités et de la Santé le 17 mai dernier, et assurera la fin du mandat de cette dernière jusqu’au 6 mars 2023.

Le Pr Dominique Le Guludec a été désignée par M. Emmanuel Macron, président de la République, pour présider le collège de la HAS à compter du 4 décembre 2017 par un décret publié au Journal Officiel le 5 décembre 2017. Conformément à l’article 13 de la Constitution, cette nomination a été approuvée le 16 novembre dernier par les commissions des affaires sociales de l’Assemblée nationale et du Sénat qui ont chacune auditionné la candidate. Elle remplace le Pr Agnès Buzyn, nommée ministre des Solidarités et de la Santé, pour la fin de son mandat de six ans.

Ancienne interne des hôpitaux de Paris, Dominique Le Guludec a une double spécialité médicale : après un clinicat en cardiologie à l’hôpital Antoine Béclère, Paris XI, elle s’est tournée vers la biophysique et la médecine nucléaire à l’hôpital Bichat, Paris VII. PU-PH, elle a été responsable de l’enseignement de biophysique à la faculté de médecine Paris Diderot entre 1994 et 2011, du module imagerie cœur-poumon au sein de l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN), Saclay, et co-responsable d’une UE du Biomedical imaging master à la Sorbonne Paris Cité. Elle a dirigé le service de médecine nucléaire de Bichat depuis 1993 et a été responsable du pôle imagerie médicale entre 2006 et 2011. Elle a participé au déploiement en France d’une nouvelle modalité d’imagerie médicale, la tomographie par émission de positons (TEP).  

Ses travaux de recherche clinique et fondamentale portent sur les applications de la médecine nucléaire en cardiologie, et en particulier sur le développement de nouveaux traceurs d’imagerie moléculaire. Elle a créé l’équipe de recherche Inserm Cardio-Vascular Imaging (unité 1148) et une plateforme d’imagerie expérimentale (UMS 34 FRIM). Elle a été responsable de programmes nationaux et européens de recherche dans des domaines à forte valeur d’innovation (imagerie, nanotechnologies).

En parallèle de son activité clinique, elle a assumé des responsabilités administratives au sein de l’AP-HP, notamment en tant que présidente de la commission médicale d’établissement du groupe des hôpitaux universitaires de Paris Nord Val de Seine (4 hôpitaux et un EHPAD). Elle a également présidé une commission de qualification du conseil national de l’Ordre des médecins. 

Jusqu’à sa nomination à la HAS, elle occupait la fonction de présidente du conseil d’administration de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire. Elle s’y est investie pour défendre la place et les moyens de l’institut et soutenir ses activités de recherche, en particulier dans le domaine de la radiobiologie.  

Elle conserve une activité de consultation à l’hôpital Bichat.

Latest news

France -
Innovation en santé : la France (enfin) sur la bonne voie ?

Plusieurs mesures du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 vont dans le bon sens. Il y a près d'un an maintenant, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, et Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, présentaient les grandes lignes du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018. Dans la lignée des textes depuis une décennie, une chose est certaine : des efforts seront demandés au système de santé. La raison est simple : tirées par le progrès médical (nouveaux...

Study -
Patients With Renal Cancer Could Benefit From Genetic Testing

Germline mutations in cancer-associated genes in patients with advanced renal cell carcinoma (RCC) are more prevalent than previously reported. In addition, at least one third of patients harboring these mutations do not meet current referral criteria for genetic testing, but they and their families could benefit from such an approach, the researchers suggest. The findings come from a single-institution study reported by Maria Carlo, MD, Memorial Sloan Kettering Cancer Center, New York City, and colleagues. The team found that 16.1% of 254 patients with advanced RCC carried a pathogenic...

Study -
NSAIDs Plus Anticoagulants a Dangerous Combination

Concomitant use of nonsteroidal anti-inflammatory drugs (NSAIDs) and oral anticoagulants in patients with atrial fibrillation (AF) increases the risk for major bleeding and stroke, according to a new analysis of the RE-LY trial. "Avoid NSAIDs in anticoagulated patients with AF," senior author Michael Ezekowitz, MD, PhD, Thomas Jefferson University, Philadelphia, Pennsylvania, told theheart.org | Medscape Cardiology. "In this post hoc analysis of the RE-LY study, we found that concomitant NSAID use with any anticoagulant increases extracranial risk particularly, as well as stroke risk in...

GET IN TOUCH

NEWSLETTER

Make sure you don't miss latest news, stay tuned!