France -
L’Anses recommande à certaines populations d’éviter la consommation de compléments alimentaires contenant de la mélatonine

Dans le cadre du dispositif national de nutrivigilance, des signalements d’effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires contenant de la mélatonine ont été rapportés à l’Anses. Une analyse rétrospective de ces signalements, renforcée par le niveau de consommation de ce type de compléments, a conduit l’Anses à mener une évaluation des risques potentiels pour la santé. Dans l’avis publié ce jour, l’Agence met en effet en évidence l’existence de populations et de situations à risque pour lesquelles la consommation de mélatonine sous forme de complément alimentaire doit être évitée ou soumise à l’avis d’un médecin. Il s’agit en particulier des femmes enceintes et allaitantes, des enfants et des adolescents, des personnes souffrant de maladies inflammatoires, auto-immunes, d’épilepsie, d’asthme, de troubles de l’humeur, du comportement ou de la personnalité, ainsi que des personnes suivant un traitement médicamenteux. La consommation est également déconseillée pour les personnes devant réaliser une activité nécessitant une vigilance soutenue chez lesquelles une somnolence pourrait poser un problème de sécurité.

En France, la mélatonine est utilisée dans des médicaments, des préparations magistrales et des compléments alimentaires. La mélatonine est une hormone sécrétée naturellement pendant la nuit dont une des fonctions physiologiques est de favoriser l’endormissement. En plus de ses effets sur l’horloge biologique, la mélatonine possède d’autres propriétés : modulation de l’humeur et du système immunitaire, régulation de la température corporelle et de la motricité intestinale. Elle possède également une action vasodilatatrice, vasoconstrictrice et pro-inflammatoire. Ces effets physiologiques peuvent, dans certaines conditions, ou lors d’interaction avec d’autres substances, conduire à l’apparition d’effets indésirables.

Quatre-vingt-dix cas d’effets indésirables survenus à la suite de la prise de compléments alimentaires contenant de la mélatonine ont été transmis au dispositif national de nutrivigilance porté par l’Anses. Les effets rapportés sont variés : des symptômes généraux (céphalées, vertiges, somnolence, cauchemars, irritabilité), des troubles neurologiques (tremblements, migraines) et gastroentérologiques (nausées, vomissements, douleurs abdominales). Chaque cas a fait l’objet d’une analyse individuelle, dont les conclusions ont été partagées avec les déclarants et les fabricants...

Latest news

France -
L’Anses recommande à certaines populations d’éviter la consommation de compléments alimentaires contenant de la mélatonine

Dans le cadre du dispositif national de nutrivigilance, des signalements d’effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires contenant de la mélatonine ont été rapportés à l’Anses. Une analyse rétrospective de ces signalements, renforcée par le niveau de consommation de ce type de compléments, a conduit l’Anses à mener une évaluation des risques potentiels pour la santé. Dans l’avis publié ce jour, l’Agence met en effet en évidence l’existence de populations et de situations à risque pour lesquelles la consommation de mélatonine sous forme de...

France -
Matthieu Schuler nommé directeur de l’évaluation des risques de l’Anses

Matthieu Schuler a été nommé directeur de l’évaluation des risques de l’Anses le 1 er février 2018. Ingénieur des mines, il était directeur de la stratégie au sein de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) depuis septembre 2011. Directeur de l’évaluation des risques de l’Anses, il pilote désormais les travaux d’expertise et impulse les orientations stratégiques de l’Agence en matière d’évaluation des risques. Il remplace Dominique Gombert, nommé le 9 octobre 2017 directeur du cabinet de Brune Poirson, secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot, ministre de la transition...

France -
Baromètre Afipa : le selfcare tiré par les dispositifs médicaux et les compléments alimentaires

En 2017, le marché du selfcare était stable (+0,8 %), affichant une hausse en valeur de 31 millions d’euros sur un chiffre d’affaires total de 3,9 milliards, d’après le 16 e baromètre de l’Association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable (Afipa) , présentée ce vendredi 2 février. Au sein du selfcare - produits non prescrits et non remboursés, vendus exclusivement en officine - les trois segments (automédication, dispositifs médicaux et compléments alimentaires) connaissent des évolutions contrastées...

GET IN TOUCH

NEWSLETTER

Make sure you don't miss latest news, stay tuned!