France – Antibiotiques : la consommation reste trop élevée en France

La France reste l’un des mauvais élèves de l’Europe. C’est le troisième pays européen le moins performant (derrière la Grèce et Chypre). Selon le rapport, « l’Assurance Maladie pourrait économiser 400 millions d’euros par an si la consommation française était la même que celle des Pays-Bas », premier de la classe.
La lutte contre l’antibiorésistance est une problématique à la hauteur des défis écologiques de notre époque. L’OMS porte ses actions selon une approche « une seule santé » (« One Health ») depuis 2015, incitant à l’articulation de la prévention entre santé humaine, santé animale et environnement. Dans cet objectif, en France depuis 2014, trois agences nationales – Santé publique France, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) – ainsi que l’Assurance maladie et leurs ministères de tutelle réunissent leurs efforts et leurs partenaires pour présenter de manière commune dans un rapport annuel les chiffres clefs de la consommation et de la résistance aux antibiotiques, ceci dans une perspective de santé globale (« One Health »). Depuis 2018, le document traite également du rôle de l’environnement, en collaboration avec l’Inserm et le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Consommation d’antibiotiques et antibiorésistance en France en 2018 – le dossier de presse 2019