France – Chloroquine et coronavirus : l’étude publiée dans The Lancet remise en question

Une centaine de scientifiques ont co-signé une lettre ouverte afin de soulever des incohérences dans l'étude sur la chloroquine publiée dans The Lancet, qui a abouti à son interdiction pour traiter le coronavirus en France.

La publication dans The Lancet de l’étude « Hydroxychloroquine (HCQ) ou chloroquine (CQ) avec ou sans macrolide pour le traitement du COVID-19: une analyse des registres internationaux » est lourde de conséquences. Certains essais cliniques ont suspendu leurs blanches CQ, notamment Discovery et Solidarity. En France, le Haut Conseil de la santé publique a émis un avis défavorable sur l’usage de la chloroquine pour traiter le Covid-19 suite à cette étude et ainsi, par voie de conséquence, le décret autorisant sa prescription a été abrogé.

Devant ces répercussions, une centaine de scientifiques ont co-signé une lettre ouverte. Dans cette missive, les auteurs ont soulevé des « inquiétudes liées à la méthodologie et à l’intégrité des données » de cette étude. Ils ont regretté l’absence de sources et d’examens étiques. Ainsi, ils demandent à l’OMS ou à tout autre institution « indépendante et respectée » une analyse et une « validation indépendante » de l’étude. Pour rappel, l’article publié dans The Lancet se fonde sur les données de quelque 96 000 patients hospitalisés entre décembre et avril dans 671 hôpitaux. L’étude a conclu que la chloroquine était inefficace contre le Covid-19 et potentiellement toxique…