France – Prix du médicament : le PLFSS 2020 innove

C'est une victoire concernant le prix des médicaments ! Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2020 adopté le 3 décembre dernier par l’Assemblée nationale inclut une avancée majeure pour la transparence des prix.

On doit cette « avancée majeure » à un amendement du député LREM Olivier Véran, également rapporteur du PLFSS 2020. Cet amendement oblige désormais les firmes pharmaceutiques à rendre public « le montant des investissements publics de recherche et développement [R&D, ndlr] dont elles ont bénéficié pour le développement [des] médicaments ».

Cette mesure est le résultat d’une mobilisation commune avec plusieurs partenaires de AIDES, qu’il s’agisse d’associations de personnes malades, de consommateurs-rices, d’étudiants-es, de professionnels-les de santé ou de plaidoyer (Action Santé Mondiale, Médecins du Monde, la Ligue contre le cancer, etc.). Ces dernières années, plusieurs nouvelles thérapies contre les cancers et les maladies rares ont été mises sur le marché européen, pour des milliers voire des millions d’euros. Par exemple, un traitement contre l’hépatite C, le sofosbuvir (Sovaldi) a été commercialisé par Gilead d’abord au prix de 41 000 euros la cure de trois mois, puis au prix de 28 700 euros alors qu’une étude a montré que le traitement serait rentable pour le fabricant, à partir de 62 euros.

Cette course au prix est d’autant moins compréhensible et acceptable que la recherche et le développement concernant ces thérapies sont notamment rendus possibles par des investissements publics, et leur montant n’était jusque-là pas connu. Dans un communiqué, AIDES explique : « Nous nous réjouissons de l’adoption de cette mesure, qui permettra de nouveau de saisir l’écart entre le prix réel du médicament et celui fixé par les laboratoires pharmaceutiques. C’est une grande avancée vers des négociations de prix plus justes et soutenables pour le médicament »…