International – Derrière l’expression « Big Pharma », des milliards de dollars mais une réalité plus complexe

Le terme, repopularisé par la pandémie Covid-19, désigne la concentration d’un secteur d’activité qui cache pourtant des spécificités.

Depuis le début de la crise sanitaire due au Covid-19, nombreux sont ceux qui incriminent Big Pharma. Le terme, qui n’est pas nouveau, désigne la concentration d’un secteur d’activité florissant, celui de l’industrie pharmaceutique, entre les mains de quelques mastodontes.

Pourtant il cache les spécificités de ce marché et de ses grands acteurs, qui permettent de faire la part des choses entre profit, effort de recherche et diversification des activités.

Cinq grands groupes et une cinquantaine de multinationales

Le marché pharmaceutique, qui se développe en grande partie aux Etats-Unis, mais aussi en Asie, et dans une moindre mesure en Europe, a généré plus de 1 100 milliards de dollars, soit 920 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019. Les dix premières entreprises embauchent à elles seules 800 000 personnes…